Attentats du 13-Novembre : n’oublions jamais… quelques vérités scandaleuses

Attentats du 13-Novembre : n’oublions jamais… quelques vérités scandaleuses

 

Attentats du 13-Novembre : n’oublions jamais…

 

…que le général Selim Idriss, qui dirigea l’« Armée Syrienne Libre » (ASL) entre décembre 2012 et février 2014, a notamment été soutenu par le gouvernement français alors que ses miliciens combattaient main dans la main avec le futur « État Islamique » – soit l’organisation à l’origine des attentats du 13-Novembre –, par exemple durant la prise de la base aérienne de Menagh, entre mai et août 2013. En d’autres termes, n’oublions jamais le fait scandaleux que l’ASL soutenue par les puissances occidentales entre 2011 et 2017 a combattu étroitement avec l’« État Islamique » jusqu’à l’hiver 2013-2014, pour se liguer ensuite avec le Front al-Nosra, réputé être la branche d’al-Qaïda en Syrie. Enfin, n’oublions jamais que ce même Selim Idriss dirige aujourd’hui les 41 factions qui composent l’« Armée Nationale Syrienne » (ANS), c’est-à-dire la milice qui appuie l’offensive turque contre les Kurdes syriens – et dont 18 factions ont été soutenues par la CIA avant 2017. L’ANS est aujourd’hui décrite par les médias et les responsables occidentaux comme une milice majoritairement islamiste qui exécute les basses œuvres du Président Erdogan contre les Kurdes syriens, alors que 18 des factions qu’elle regroupe étaient considérées comme « modérées » lorsqu’elles étaient soutenues par la CIA et ses alliés, dont les services spéciaux français. N’oublions jamais ces faits révoltants. Hélas, il s’avère qu’une écrasante majorité de l’opinion publique française n’en a même pas conscience… C’est la raison pour laquelle j’ai écrit La guerre de l’ombre en Syrie. En effet, je refuse d’oublier que les puissances occidentales, dont la France, ont soutenu la montée en puissance du futur « État Islamique » et d’autres groupes djihadistes en Syrie par l’entremise d’une ASL pourtant décrite comme « modérée » par la plupart de nos responsables politiques et leurs relais médiatiques.

 

Laisser un commentaire