Selon le député Claude Goasguen, « la France soutient al-Qaïda en Syrie »

Politique profonde de l’État français et jihad anti-Assad

Selon le député Claude Goasguen, « la France soutient al-Qaïda en Syrie »

Par Maxime Chaix

 

Le 10 juin 2014, j’ai publié un article sur DeDefensa.org, qui reprenait des informations alarmantes – mais largement ignorées – concernant la politique syrienne de la France : « (…) [C]omme l’a (…) déclaré sur Arte le député et ancien juge anti-terroriste Alain Marsaud, il est possible que les services spéciaux français soient impliqués dans le soutien de réseaux jihadistes combattant le gouvernement el-Assad : “Ça veut dire qu’aujourd’hui, nous avons choisi notre camp : le camp anti-Assad. (…) Et (…) il est vraisemblable que nous ne sommes pas très très loin de rencontrer des gens d’al-Nosra – j’espère au moins qu’on les a infiltrés ! J’en suis même sûr d’ailleurs, au demeurant. Donc ça veut dire que finalement nous sommes des alliés [des jihadistes] sur le terrain, nous poursuivons le même but.” » Cette alliance « objective » entre l’État français et des milices jihadistes en Syrie avait été ouvertement reconnue par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. En effet, en décembre 2012, ce dernier avait déclaré au journal Le Monde que les jihadistes du Jahbat al-Nosra – c’est-à-dire d’al-Qaïda en Syrie – faisaient « un bon boulot » sur le terrain, Daech faisant alors partie de cette milice avant la scission en avril 2013 entre al-Nosra et l’EI.

 

Comme je le soulignai dans mon article du 10 juin 2014, Alain Marsaud avait même affirmé sur RFI sa « conviction » que les services spéciaux français avaient soutenu des réseaux jihadistes en Syrie, et que celle-ci était « partagée par beaucoup de gens [,] raison pour laquelle [il avait] demandé (…) la constitution d’une mission d’information, d’une commission d’enquête parlementaire afin de vérifier les conditions dans lesquelles tout ça se passe (…) ».

 

Le 19 août 2014, François Hollande confirma au journal Le Monde qu’il avait décidé d’armer clandestinement ce qu’il nomma alors la « rébellion syrienne démocratique ». Cependant, au lendemain des attentats de Paris, j’ai publié le 10 janvier 2015 un article intitulé « Al-Qaïda : terroriste en France, alliée en Syrie ». Dans cette analyse, je démontrai que des « armements livrés par les services français [étaient] – d’une manière ou d’une autre – tombés entre les mains de groupes jihadistes ». Malgré tout, le Président Hollande avait poursuivi cette politique clandestine de soutien militarisé aux rebelles après son interview du 19 août 2014, comme l’avait expliqué Le Monde. J’exhortai alors mes lecteurs de transmettre massivement mon article aux autorités, dans l’objectif – certes idéaliste – de stopper cette politique irresponsable et dangereuse.

 

Le 6 février 2015, j’ai demandé à DeDefensa.org de publier une mise à jour de mon article. En effet, « [d]ans Le Canard Enchaîné du mercredi 21 janvier 2015 (n°4917), il a[vait] été révélé que “[l]a livraison d’armes par la France aux combattants dits “modérés” de l’opposition syrienne [était] interrompue. L’état-major a constaté qu’elles étaient souvent interceptées, voire revendue[s] au Front Al-Nosra (Al-Qaïda) ou à l’État islamique”. Selon mes sources, cette information n’a pas été démentie. Elle corrobore mes analyses, et elle confirme le fait que “[c]ette politique clandestine de soutien à la rébellion en Syrie [était bel et bien] irresponsable, illégale et dangereuse” – comme je l’avais dénoncé. Par conséquent, nous ne pouvons que nous réjouir de ce discret changement de politique à l’égard de la Syrie, puisque les actions clandestines de l’État français renforçaient les réseaux jihadistes que nous devons plus que jamais combattre. »

 

Finalement, le 30 juin 2015, le député (LR) Claude Goasguen a jeté un pavé dans la mare sur La Chaîne Parlementaire, en accusant le gouvernement actuel de soutenir al-Qaïda en Syrie. À cette occasion, il a expliqué que « la France soutient des rebelles syriens, qui sont soi-disant des rebelles démocrates. (…) Qui a récupéré les rebelles syriens démocrates ? [Le Front] al-Nosra. Qu’est-ce que c’est qu’al-Nosra, al-Nosra c’est pas al-Qaïda ? (…) [C]ertains rebelles ont été récupérés par al-Qaïda avec des armes françaises[.] (…) Monsieur [le député (PS) Olivier Dussopt], nous continuons à fournir des armes à al-Nosra, par l’intermédiaire des rebelles syriens ! Je le dis, je l’ai dit à Monsieur le Drian en Commission de la Défense, je l’ai dit à Monsieur Fabius, comme tous les autres députés [sic]. Il va falloir éclairer tout ça ! L’attitude de la France en Syrie n’est pas nette ! »

 

Ces accusations de Claude Goasguen confirment mes analyses, mais semblent infirmer les révélations du Canard Enchaîné évoquées précédemment, selon lesquelles « [l]a livraison d’armes par la France aux combattants dits “modérés” de l’opposition syrienne [était] interrompue. » Au demeurant, un député LR accuse l’actuel gouvernement de soutenir al-Qaïda en Syrie (Front al-Nosra), alors que la majorité précédente, dont il est issu, s’était accommodée du fait qu’al-Qaïda en Libye (GICL) avait été intégrée aux opérations de l’OTAN ! Voila à quel niveau notre État s’est abaissé, depuis quelques années, dans sa post-« politique arabe de la France ». Néanmoins, même en cas de changement de majorité, le prochain gouvernement continuera certainement de vendre des armements sophistiqués au Qatar et à l’Arabie saoudite – qui restent les principaux soutiens du jihadisme à travers le monde.

 

Ainsi, espérons que cette charge virulente (mais légitime) du député Goasguen encouragera une remise en cause de ces politiques nocives de soutien au terrorisme à l’étranger, alors qu’il est un ennemi de plus en plus dangereux sur le territoire national.

 

Mise à jour du 2 juillet 2015 : Les prises de position de Claude Goasguen auraient dû provoquer un scandale national. Or, Google Actualité indique aujourd’hui seulement trois articles de presse sur ce sujet…

 

(Retour à la page d’accueil)

7 Responses to “ Selon le député Claude Goasguen, « la France soutient al-Qaïda en Syrie » ”

  1. […] l’avais dénoncé dans cet article. Le 30 juin 2015, le député (LR) Claude Goasguen a accusé le gouvernement de soutenir al-Qaïda en Syrie, confirmant mes arguments exposés dans la première partie […]

  2. […] Daech faisait partie intégrante avant la scission d’avril 2013. Aujourd’hui, ce soutien est ouvertement dénoncé par des députés français de premier plan, comme Claude Goasguen ou Alain Marsaud. Le fait que […]

  3. […] Maxime Chaix, « Selon le député Claude Goasguen, “la France soutient al-Qaïda en Syrie” », MaximeChaix.info, 1er juillet […]

  4. […] « Selon le député Claude Goasguen, “la France soutient al-Qaïda en Syrie”». Voir également la note […]

  5. […] Maxime Chaix, « Selon le député Claude Goasguen, “la France soutient al-Qaïda en Syrie” », MaximeChaix.info, 1er juillet […]

  6. […] à partir de 2014, plusieurs députés de l’opposition ont affirmé que la France avait soutenu le Front al-Nosra. Interrogé sur cette […]

  7. […] [venait] du Golfe », et que « nous [risquions] d’y tomber ». Finalement, à partir de 2014, plusieurs députés de l’opposition ont affirmé que la France avait soutenu le Front al-Nosra. Interrogé sur cette […]

Laisser un commentaire