Page 1
Par défaut

Maxime Chaix : « Peter Dale Scott et la “Politique profonde” comme nouveau paradigme des sciences politiques »

Capture d’écran 2015-07-11 à 14.48.16

Interview 

 

Peter Dale Scott et la « Politique profonde » comme nouveau paradigme des sciences politiques 

 

Entretien avec Maxime Chaix, par Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin 

 

(Source : AutomatesIntelligents.com, 10 juillet 2015)

 

Automates Intelligents : Monsieur Chaix, tout d’abord, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ? Quel est votre parcours ? Quelles sont vos principales activités et les fondements de votre activisme ?

 

Maxime Chaix : Avant tout, je tiens à vous remercier de me donner l’opportunité de réaliser cette interview, qui est ma toute première. Je prends conscience que beaucoup d’individus peuvent s’exprimer dans les médias, mais le font à contrecœur ou dans des buts malsains. Je fais notamment référence à celles et ceux qui, trop nombreux, sont interviewés aux heures de grande écoute pour défendre des interventions militaires pas aussi « humanitaires » qu’ils ne le revendiquent. Je mesure donc l’importance de ce premier entretien, et je vous en remercie encore.

 

Depuis 2009, je suis diplômé d’un Master II « Théorie et pratique des droits de l’Homme », que j’ai obtenu à l’Université Pierre Mendès France de Grenoble. Mes études me donnaient deux options principales : un parcours d’humanitaire à l’étranger dans des ONG ou des organisations internationales, ou une carrière en France dans le tissu institutionnel et associatif dédié à l’aide et à la protection des réfugiés. Ainsi, j’ai eu la chance de décrocher un stage de fin d’études de 3 mois au siège régional du Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations-Unies (HCR), à Bangkok. Dans ce cadre, je conduisais des entretiens avec des réfugiés en milieu urbain, à qui la protection internationale avait été accordée par le HCR. En effet, la Thaïlande ne reconnait pas le droit d’asile, n’étant pas signataire de la Convention de Genève de 1951. À titre dérogatoire, ce pays « tolère » néanmoins les réfugiés birmans résidant dans des camps situés à sa frontière ouest, qui sont administrés par le HCR et un réseau d’ONG. Or, les réfugiés en milieu urbain sont soumis au racket et aux violences de la police locale, à des risques d’emprisonnement dans des conditions inhumaines, à une pauvreté endémique et à une absence totale de solutions durables en Thaïlande. C’est pourquoi le HCR a mis en place un programme de réinstallation de ces personnes dans des pays tiers, tels que l’Australie, la Grande-Bretagne ou la Norvège. Mon rôle était alors de conduire un dernier entretien avec ces réfugiés, puis de rédiger leurs dossiers de réinstallation. J’aurais beaucoup à dire sur cette expérience, qui fut extrêmement enrichissante et formatrice. Mais je me contenterais de souligner que ce stage m’a donné l’envie de consacrer ma vie professionnelle à aider les réfugiés. Or, en raison de ma vie de couple, je ne souhaitais pas m’expatrier – un choix que je ne regrette pas aujourd’hui. En 2010, j’ai donc trouvé un emploi passionnant de chargé d’insertion socioprofessionnelle des réfugiés à Grenoble, dans une association locale où je travaille encore aujourd’hui.

 

En 2009, j’ai lu un livre qui a bouleversé ma vie et ma vision du monde, en particulier sur la politique étrangère des États-Unis et le système de gouvernance abyssale de ce pays. Il s’agit de The Road to 9/11, un ouvrage écrit par celui qui deviendra ensuite mon ami et mentor intellectuel Peter Dale Scott. Après avoir lu la dernière page de ce livre, je me souviens encore m’être tourné vers ma compagne en lui disant : « Ce n’est pas normal que cet auteur ne soit pas publié en français. Je dois traduire ce livre ! » Venant alors de terminer mes études, j’ai décidé de prioriser la traduction de cet ouvrage à partir de novembre 2009. Quelques mois plus tard, un ami m’a rejoint dans ce projet, et nous avons poursuivi notre travail sans avoir trouvé d’éditeur. Pour l’anecdote, chaque journaliste, expert ou auteur contactés m’ont unanimement orienté vers les Éditions Demi-Lune. Arno Mansouri, le directeur de cette maison d’édition, m’a finalement donné son accord en juin 2010, et The Road to 9/11 a été publié en français sous le titre La Route vers le nouveau désordre mondial en octobre de la même année. J’en profite pour rendre hommage à son courage éditorial, car cet auteur était alors méconnu dans les pays francophones.

Continue Reading →

Par défaut

Thinkerview : « Interview de Peter Dale Scott » (2013)

 

thinker_view

Interview

 

Thinkerview – Interview de Peter Dale Scott (2013)

 

Par Thinkerview

 

En septembre 2013, mes camarades de Thinkerview publiaient cette passionnante interview en français de Peter Dale Scott. Récemment, le blogueur et économiste Olivier Berruyer – qui collabore avec Thinkerview dans le cadre des Éconoclastes –, a republié cette interview, qui vient ainsi de dépasser les 30 000 vues sur Youtube. Bien qu’ayant été filmé durant l’été 2013, cet entretien reste plus que jamais d’actualité. Je le publie à nouveau sur mon site, en vous remerciant d’avance de le diffuser autour de vous.

 

 

Par défaut

Maxime Chaix : « Droit de réponse à Jean-Marc Manach »

Capture d’écran 2015-07-04 à 12.52.01

Droit de réponse

 

Droit de réponse à Jean-Marc Manach

 

Par Maxime Chaix

 

Dans mon article du 27 juin 2015 – intitulé « L’État profond “français” » et publié sur DeDefensa.org , j’ai maladroitement écrit, dans la note 44 : « À noter que le journaliste Jean-Marc Manach a remis en cause ces révélations du Monde concernant la surveillance de masse de la DGSE, essayant de discréditer [sic] Jacques Follorou [NdlR : je pensais en effet que l’expression “paranoïa généralisée” dans le titre de son article était plutôt réductrice]. Or, comme je l’ai écrit à Monsieur Manach sur Facebook le 18 juin 2015, “Jacques Follorou et Antoine Lefébure expliquent – en se basant notamment sur des documents internes de la NSA –, que les responsables politiques français (et mondiaux) ignorent dans leur grande majorité les activités/liens de leurs propres services de renseignement avec la NSA (voir par exemple : http://www.slate.fr/story/102539/loi-renseignement-france-coupe-americains). Vous êtes donc très bien informé !” En date du 23 juin 2015, Jean-Marc Manach n’a pas répondu à ce commentaire. »

 

Le 29 juin 2015, après avoir « retweeté » mon article, Jean-Marc Manach – qui vient notamment de collaborer avec Liberation.fr pour analyser/diffuser les dernières révélations de Wikileaks –, m’a répondu sur Facebook : « De fait, les responsables politiques ne savent pas “tout” de ce que font les services de renseignement, mais je pense aussi avoir un tantinet plus travaillé la question que lesdits responsables politiques français ; accessoirement, je ne cherche pas à “discréditer” Jacques Follorou : j’ai fact-checké ses papiers, et il a cumulé de très nombreuses erreurs ; mes factchecks des “Unes” du Monde sont en ligne, et vérifiables ; et personne ne les a contesté avec des informations vérifiables. »

 

Continue Reading →

Par défaut

Peter Dale Scott : « L’administration Bush a sacrifié le Moyen-Orient… » (Le Courrier du Maghreb et de l’Orient/Maxime Chaix)

etat-2L’État profond américain

Peter Dale Scott : « L’administration Bush a sacrifié le Moyen-Orient… » (Le Courrier du Maghreb et de l’Orient/Maxime Chaix)

 

Interview de Peter Dale Scott par Le Courrier du Maghreb et de l’Orient et Maxime Chaix

(Traduction : Maxime Chaix)

 

« La confusion et les effusions de sang qui ont lieu au Moyen-Orient aujourd’hui, tout comme l’émergence de l’État islamique, ont été encouragées par le fiasco des États-Unis en Irak, qui a considérablement amenuisé les espoirs d’ententes politiques et diplomatiques en faveur de la paix et de la sécurité dans cette région. Rencontre avec Peter Dale Scott, ancien diplomate canadien, porte-parole du mouvement pacifiste durant la guerre du Vietnam et cofondateur du programme d’études Paix et Conflit de l’Université de Berkeley où il a enseigné pendant près de trente ans, spécialiste de la politique étrangère états-unienne. »

 

(Source : Le Courrier du Maghreb et de l’Orient, juin 2015)

 

Le Courrier du Maghreb et de l’Orient/Maxime Chaix : Votre dernier livre s’intitule L’État profond américain. Que signifie cette expression ?

 

Peter Dale Scott : Depuis longtemps, deux cultures politiques différentes ont prévalu aux États-Unis. Celles-ci sous-tendent les divergences politiques entre les citoyens de ce pays, de même qu’entre divers secteurs de l’État. Dans une certaine mesure, on peut retrouver ces deux mentalités dans chaque société. Elles correspondent à deux exercices opposés du pouvoir et de la gouvernance, définis par Hannah Arendt comme la « persuasion par arguments » face à la « contrainte par la force ». On peut considérer que l’apologie, par Arendt, du pouvoir persuasif comme fondement d’une société constitutionnelle et ouverte est aux antipodes de la défense – par le professeur de Harvard Samuel P. Huntington – d’un pouvoir de l’ombre autoritaire et coercitif comme prérequis de la cohésion sociale. Ce pouvoir coercitif prôné par Huntington constitue donc l’antithèse du pouvoir ouvert et persuasif. Selon lui, « le pouvoir ne peut rester fort que lorsqu’il est maintenu dans l’ombre ; lorsqu’il est exposé à la lumière du jour, il commence à s’évaporer ».

Continue Reading →